Les compagnies

Lemay

Firme d’architecture dont le siège social est situé à Montréal dans le quartier de Saint-Henri. Lemay s’enorgueillit de ses bâtiments « écologiquement durables » et de ses projets qui créent « de la valeur tangible et mesurable pour nos clients, utilisateurs et communautés ». Nous pensons qu’il n’y a rien de durable à propos d’un monde qui enferme les gens dans des cages et que la construction d’une prison pour migrant-es ne peut causer rien d’autre que douleur et destruction pour les personnes enfermées à l’intérieur et leurs communautés.

Groupe A

Firme d’architecture et de design urbain basée dans la ville de Québec, Groupe A (et sa filiale, Annexe U) s’enorgueillit de son « design participatif » et de sa construction de bâtiments ayant reçu la certification LEED. La firme n’est pas étrangère à la conception de centres de détention : ils sont responsables du design de plusieurs palais de justice et du nouveau centre de détention de Sept-Îles avec certification LEED, qui a ouvert ses portes en 2016. La firme se vante que son design de prison est centré sur des « unités de vie à échelle humaine », mais toute firme qui se spécialise fièrement dans l’architecture carcérale collabore au système violent d’emprisonnement et d’incarcération. 

Loiselle

Loiselle est une entreprise d’excavation et d’ingénierie civile basée à Salaberry-de-Valleyfield. Elle se défini comme ayant à cœur le « Respect et l’intégrité » des projets menés, et espère pouvoir contribuer au « bien-être des communautés autour d’elle ». Toutefois, Loiselle a complété un contrat d’assainissement des sols du site de la future prison pour migrant-es. En allant de l’avant, Loiselle a contribué directement à la mise sur pied de cet inacceptable projet.

Stantec

Stantec est une importante entreprise spécialisée en conception et en génie-conseil, et basée à Edmonton. En tant que consultant, cette firme joue un rôle majeur dans le projet de prison pour migrant-es. Elle agit à titre de conseillé dans les domaines de l’électronique, de la télécommunication, des dispositifs pare-feu (protection et systèmes d’alarme), de génie mécanique, de structure et de génie civil. Alexandre Manseau-Nguyen, Bruno Lehoux, Jonathan Hallee, Louis-Stephane Racicot, Alexandre Jean, Michel Gendron, Patrick Bourgeois et Michel Charron sont des ingénieurs de Stantec impliqués dans le projet de prison pour migrant-es. Si la firme de génie a des bureaux à l’international, elle se retrouve aussi dans la plupart des villes en importance au Canada comme Montréal, Longueuil, Laval, Hamilton, Ottawa, Toronto, Guelph, London et Vancouver.

KJA Consultants Inc.

KJA Consultants Inc. est une entreprise de génie-conseil spécialisée en systèmes de « transport vertical » – ascenseurs, escaliers mécaniques, tapis roulants, etc. – et qui, après le Centre Molson et le Ritz-Carleton, travaillera sur la mise au point des systèmes de convoyeurs de la prison pour migrant-es. L’ingénieur Louis Beauchemin travaille sur le projet. La compagnie a des locaux à Edmonton, Montréal, Calgary, Toronto, Ottawa, et Philadelphie.

Bouthillette Parizeau (BPA)

BPA est une firme de génie-conseil avec des bureaux à Montréal, Longueuil, Laval, Québec, Gatineau et Ottawa. Dans le projet de construction d’une prison pour migrant-es, ses ingénieures Sylvie Savoie et Dalia Ramy, travaillent comme consultantes en services alimentaires et mise en service.

Englobe

Englobe est une importante compagnie de génie des sols, des matériaux et de l’environnement, basée dans la ville de Québec, et implantée un peu partout à travers la belle-province et la France. Englobe prétend avoir acquis crédibilité et réputation grâce à ses valeurs de communauté. Englobe a conduit une étude préalable à l’assainissement du site de la future prison pour migrant-es, qui était plus tard conduit par Loiselle.